La musique du Moyen-Âge

La musique du Moyen-âge

Avant et pendant une grande partie du Moyen-Âge, la musique se transmettait principalement à l’oral de génération en génération. L’émergence de “codes” musicaux a été fortement favorisée par les difficultés de diffusion des mélodies, des chants et de la mémorisation. La sophistication croissante des oeuvres a également été déterminante. Ces codes musicaux vont permettre de conserver une trace : c’est le début des premières partitions. La musique, au cours du Moyen-Âge, évoluera, en passant par des formes simples puis beaucoup plus complexes.

 

Introduction de la musique au Moyen-Âge

L’appellation “Médiévale“ qui a pour signification “âge intermédiaire“, vient des auteurs italiens des XIVe et XVe siècles, qui étaient convaincus que leur époque n’était autre qu’une nouvelle Antiquité. Le Moyen-Âge ou période Médiévale illustrent une période qui les séparait donc, de l’Antiquité.

L’étude de la musique médiévale est difficile avant 400 à 500 après JC, car il n’en existe aucun témoignage exploitable. Avec le grand écart périodique qui sépare le début du christianisme de la fin du XIVème siècle, il est difficile, voire impossible de recenser tous les événements majeurs qui ont orienté le cours de l’histoire de la musique.

Le berceau de la musique occidentale se situe dans le Moyen-Age chrétien, puisqu’il commença par l’avènement du christianisme. Dès l’an 313, l’édit de Milan donna à la Chrétienté un statut de religion officielle à la Réforme protestante. Les pères de l’Église accordaient la pensée médiévale à dominante religieuse car ils considéraient que le chant se prêtait à la louange de Dieu.

La musique du Moyen-Âge comprend la musique religieuse et profane et se développe sur plus de 800 ans, dépassant même le Moyen-Âge pour aller jusqu’à la Renaissance. C’est pendant cette période de l’histoire que les notations musicales apparaissent pour la première fois.

Les premiers livres écrits manuellement comportant une écriture musicale, datent du VIIIème et IXème siècles. Les moines, qui seuls à l’époque, disposaient du savoir de la notation musicale, dessinaient au-dessus des textes pour chants, des silhouettes de mélodies nommées neumes. Les neumes ont petit à petit pris la forme de carrés ou de losanges.

De là, pour être de plus en plus précis au niveau de la hauteur du son, ils ont progressivement ajouté des lignes, allant d’une ligne jusqu’à quatre.

Curieux d’en savoir plus sur l’origine des partitions de musique ? Lisez notre article sur le sujet. 

 

La musique du Moyen-Âge
Système de notation du Moyen Âge

La musique religieuse Chrétienne : Le chant Grégorien

Le chant grégorien se définit comme un chant monodique (à une seule voix), chanté sans accompagnement ni soutien harmonique. Il est avant tout un chant de prière. À ce temps, les notation musicales n’existent pas encore, les mélodies doivent donc être apprises par cœur. 

L’arrivée des neumes changea cela et ces dernières servaient à indiquer les inflexions vocales et pouvaient être différentes selon les régions. La notation diastématique (l’utilisation de lignes pour positionner les notes) s’imposa peu à peu, puisqu’il fallut indiquer la hauteur et la valeur des neumes. De là, s’ajoutèrent peu à peu différentes clés selon l’ambitus de l’instrument utilisé.

Contrairement à l’utilisation des modes majeurs et mineurs d’aujourd’hui, il existait à l’époque huit modes caractérisés par :

  • l’ambitus : dans lequel se développe la musique
  • La teneur : autour de laquelle s’organise la mélodie
  • La finale : La note conclusive

Il existe deux styles parmi les caractéristiques du chant grégorien : le récitatif qui est le chant qui se rapproche des inflexions ascendantes ou descendantes et les compositions libres qui possèdent chacune sa propre mélodie.

Le récitatif et les compositions libres peuvent être de style syllabique (une note pour une syllabe), neumatique (une syllabe correspondant à un neume) ou mélismatique (passages chantés sur une seule syllabe).

Citons les psaumes, les répons et les antiennes (les formules de récitation diffèrent à chaque fois). Il existe également la psalmodie directe (versets chantés successivement sans ajout), psalmodie antiphonale (versets chantés alternativement par le chœur qui est divisé) et la psalmodie responsoriale (psaumes chantés par un soliste suivi du chœur)

 

La musique du Moyen-Âge
Dessin de religieux

Les instruments du Moyen-Âge

Au Moyen-Âge, les instruments étaient très populaires dans la musique profane mais quelques-uns étaient plus utilisés que d’autres par les Troubadours. A contrario, la musique religieuse était principalement vocale.

La Viole

La Viole est un instrument à cordes frottées qui se joue avec un archet. Comparé au Violon, la Viole à quelques différences qui se jouent au niveau du nombre de cordes mais aussi à la façon dont le joueur la tient : La Viole possède 6 cordes et se tient entre ou sur les genoux.
Il existe différents modèles de Violes nommés en fonction de leur taille : la Viole de Gambe alto, la Viole de Gambe ténor, la Contrebasse de Viole de Gambe etc…

La Chalemie

La Chalemie est un instrument à vent et à anche double, appartenant à la famille des Hautbois. Cet instrument était très utilisé à cette époque. Sa popularité était due à son timbre puissant qui accompagnait idéalement la Cornemuse. La combinaison de ces deux instruments produisait un son riche en harmoniques, c’est pourquoi ils étaient souvent combinés.

La Chalemie émet un son fort et est jouée selon la technique de la respiration circulaire. Les Troubadours et les autres musiciens en jouaient les plus fréquemment à l’extérieur, car leur son puissant accompagnait les festivals et les fêtes organisées en plein air.

La Guiterne

La Guiterne, un instrument à cordes pincées, avait un corps très peu profond et était fait de la même pièce que le manche. Il avait la forme d’une demi-poire sur laquelle trois ou quatre cordes généralement faites de boyaux étaient attachées. Les Guiternes avaient une richesse harmonique élevée et pouvaient généralement offrir des frappes directes et précises.

Au Moyen-Âge, elle était utilisée et considérée comme instrument de sérénade mais possédait tout de même un côté noblesse. En effet, des personnes de haut rang telles que les princes, avaient à leurs dispositions, leurs propres joueurs de Guiterne qu’ils jouaient lorsque les princes recevaient de la visite.

Le Bendir

Le Bendir est un instrument à percussion qui est toujours d’actualité. Il s’agit d’un tambour sur cadre mesurant environ 400 mm de diamètre. Le cadre fait de bois et recouvert de peau de chèvre, était frappé par la force des doigts et des paumes des Troubadours.

Le Bendir possède aussi un timbre de cordes en boyau fixé tout le long de la peau qui diffuse un son bourdonnant. Le joueur doit placer l’instrument à l’horizontale et peut ainsi le jouer debout ou assis.

 

La musique du moyen-âge
Instrument du Moyen-Âge

Guiddo d’Arezzo : l’inventeur de la notation musicale moderne

Guiddo d’Arezzo est un moine bénédictin italien né en 992. Il est l’inventeur du système de notation musicale sur portée que nous utilisons aujourd’hui.

Nous connaissons peu de choses à son sujet, mais nous savons qu’il était moine et professeur de musique à l’école de la Cathédrale d’Arezzo en Italie.

Guido d’Arezzo est une légende du monde musical de l’époque. Un grand nombre de manuscrits conservés ont tendance à affirmer l’importance qu’on lui portait. Pédagogue reconnu et axé sur la pratique, il a essayé d’étendre l’usage des lignes, notamment par l’adjonction de couleurs. De plus, il critiquait l’habitude de placer plusieurs neumes par interligne.

À cette distinction des hauteurs du son, dont il n’est pas l’auteur mais qui le préoccupe, il ajouta un nouveau procédé technique. Il donna un nom à chacune des notes de l’hexacorde inspiré par l’hymne à Jean-Baptiste (ut, ré, mi, fa, sol, la). Aujourd’hui DO remplace UT.

 

La musique du Moyen-Âge
Guiddo d’Arezzo

 

Conclusion

Le Moyen-âge, considéré comme « l’origine » de notre musique occidentale est une période très vaste, allant du Vème au XVème siècle. Cette période a conduit à la mise en place d’idées, de structures et d’institutions qui dureront des siècles. Ici se sont créées et développées de nouvelles formes de la musique. Au cours des derniers siècles, l’ensemble du système musical est mis en place avec la phonologie, les symboles et le rythme.

 

Cet article vous a plu ? Ces informations vous ont été utiles ? Faites-en profiter vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le !

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Qui sommes nous ?

Sight-O est la toute première méthode en ligne interactive d’apprentissage du déchiffrage. Découvrez Sight-O, la méthode en ligne évolutive pour apprendre à lire rapidement une partition et profiter, surtout, du plaisir de la musique.

Articles récents

Newsletter

Rejoignez + de 2000 abonnés !

Ces articles pourraient vous plaire

Notre offre

Testez Sight-O gratuitement pendant 7 jours, sans engagement ni carte bancaire !