Tout ce qu’il y a à comprendre sur le langage musical

Tout ce qu'il y a à comprendre sur le langage musical

Bon nombre de personnes pensent pouvoir faire de la musique sans connaître le jargon qui l’accompagne. Certes, d’innombrables musiciens peuvent vous émouvoir aux larmes, même s’ils sont incapables de distinguer un Ab d’un F#. Cependant, connaître le langage de la musique facilite la collaboration avec d’autres musiciens. Cette compétence peut également vous aider à être plus créatif. Voici un court article à propos du langage musical.

 

Le langage musical : c’est quoi ?

Le langage musical est la combinaison de sons et de silences de manière organisée. Il s’agit d’un art commun à toutes les sociétés humaines.
Le langage musical est un langage universel. Saviez-vous qu’il existe environ 7 000 langues parlées dans le monde ? Il existe un fossé de communication entre les cultures des êtres humains. Cependant, il existe une langue que tout le monde comprend, qu’importe le pays d’origine ou la langue maternelle : la musique. Les auditeurs partagent les mêmes émotions en entendant des accords et des mélodies similaires.
Le rythme, la mélodie et l’harmonie sont les aspects essentiels d’une performance musicale. Ils sont appelés les éléments de base de la musique.

Le rythme

Le rythme est le motif du son, du silence et de l’emphase dans une partition. En plus d’indiquer quand les notes sont jouées, le rythme musical stipule également combien de temps elles sont jouées et peut donner de précieuses informations sur leur intensité. Il crée ainsi différentes durées de notes et différents types d’accents, grâce aux appuis rythmiques caractéristiques des figures employées.
Plusieurs éléments de base comprennent les principes fondamentaux du rythme musical :

  • Les chiffres indicateurs

    Ils indiquent le nombre de temps par mesure et la valeur de ces battements. Les chiffres indicateurs avec un 4 en dénominateur, comme 2/4, 3/4, 4/4, 5/4, etc., un temps correspond à une noire. Dans une signature rythmique avec un 8 en bas comme 3/8, 6/8 ou 9/8, un temps correspond à une croche. 16, à une double-croche. 2, à une blanche et 1, une ronde. Pour vous donner un exemple, 2/4 signifie qu’il y aura deux (2) noires (4) par mesure.

 

  • Binaire ou Ternaire

    La théorie musicale divise les chiffres indicateurs en deux familles : le Binaire où les battements suivent une logique par deux ou quatre (2/4, 4/4, 2/2, etc…), le Ternaire où les battements suivent une logique par trois (6/8, 9/8, 12/8, etc…).

 

  • Tempo

    Le tempo est la vitesse à laquelle un morceau de musique est joué. Il existe trois moyens principaux de communiquer le tempo aux joueurs : les battements par minute, la terminologie italienne comme allegro, presto et la langue moderne. Le caractère du morceau est parfois indiqué à côté du tempo, par exemple : “ Enjoué ”, “ Avec force ”, “ Gaiement ”,…

 

  • Temps forts et temps faibles

    La musique populaire et la musique classique combinent des Temps forts et des Temps faibles pour créer des motifs rythmiques mémorables. Pour exemple, la Valse : le premier temps est fort, le deuxième et le troisième sont faibles.

 

  • Syncope

    Un rythme syncopé met l’accent sur les temps faibles traditionnels et se joue des appuis rythmiques “ traditionnels ”. Les rythmes complexes ont tendance à inclure la syncope. Un rythme syncopé typique : croche / noire / croche.

 

  • Accents

    Les accents font référence à des intonations spéciales sur certains temps. Ils sont représentés par des symboles comme le point (.) ou encore l’accent (>).

 

  • La Polyrythmie

    Consiste à superposer un type de rythme au-dessus d’un autre. Les polyrythmies prendraient racines dans les rythmes africains et indiens et se sont répandues dans toutes sortes de musiques à travers le monde.

 

Tout ce qu'il y a à comprendre sur le langage musical

 

La mélodie

Une mélodie est une succession de notes de musique qui, selon sa qualité, sera agréable ou pas à l’écoute. En musique classique, on l’appelle “Motif”, et chez Wagner, on emploie également le terme “ Leitmotiv ” pour caractériser une mélodie qui revient de manière redondante tout au long d’une oeuvre. Les compositions musicales peuvent être des groupements de plusieurs mélodies qui sont tissées avec d’autres composants au sein d’une structure, pour rendre la pièce plus riche. Les mélodies mémorables sont la plupart du temps uniques, même si certaines peuvent sembler similaires les unes aux autres. Dans la musique populaire, elles sont généralement simples dans le but d’être rapidement retenues et peuvent se répéter tout au long d’une chanson.
Les instruments à percussion peuvent également jouer des mélodies, mais elles seront beaucoup plus centrées sur les durées rythmiques que sur les hauteurs des sons. On parlera parfois plutôt de “ Motif rythmique ”.

L’harmonie

Une harmonie est l’empilement de plusieurs notes pour créer un accord qui produira un matériau sonore unique. Deux ou plusieurs sons sont joués simultanément, et donnent un résultat unifié sur le plan sonore. Comme dans un orchestre : le flûtiste joue une note, le violoniste joue une note différente et le tromboniste joue encore une note différente. Mais lorsque leurs parties individuelles sont entendues ensemble, l’harmonie est créée.
L’harmonie est généralement analysée comme une série d’accords. Lorsque tous les instruments d’un ensemble jouent des notes qui correspondent au même accord fondamental, on parle d’accord consonant. Cependant, lorsque les musiciens utilisent une ligne mélodique autre que l’accord fondamental, il est considéré comme un accord dissonant. La dissonance pourra être très belle et harmonieuse, selon la finesse et la maitrise par laquelle elle est écrite par le compositeur.

 

Tout ce qu'il y a à comprendre sur le langage musical

Les accords

Un accord est une combinaison de trois ou plusieurs notes uniques. Deux notes ne suffisent pas pour créer un accord. On parlera alors d’intervalle. Les accords sont construits à partir d’une note, appelée note fondamentale.
Il existe 8 caractéristiques d’accord que chaque musicien doit connaître :

  • Majeur

    Il semble heureux et simple. Un accord majeur se compose d’une note fondamentale (celle du nom de l’accord, par exemple Do pour un accord de Do Majeur), d’une tierce majeure (+4 demi-tons) et d’une quinte parfaite (+7 demi-tons).

 

  • Mineur

    Il est considéré comme triste et sérieux. Un accord mineur est créé à partir d’une note fondamentale, d’une tierce mineure (+3 demi-tons) et d’une quinte parfaite (+7 demi-tons).

 

  • Diminué

    Il paraît tendu et désagréable. Un accord diminué est arrangé comme suit : une note fondamentale, d’une tierce mineure (+3 demi-tons) et d’une quinte diminuée (+6 demi-tons).

 

  • Septième majeur

    Il paraît doux. Il est couramment utilisé dans le Jazz. Un accord de septième majeur est constitué d’une note fondamentale, d’une tierce majeure (+4 demi-tons), d’une quinte parfaite (+7 demi-tons) et d’une 7ème majeure (+11 demi-tons).

 

  • Septième mineur

    Évoque en quelque sorte la mauvaise humeur. Un accord de septième mineure est formé d’une note fondamentale, d’une tierce mineure (+3 demi-tons), d’une quinte parfaite (+7 demi-tons) et d’une septième mineure (+10 demi-tons).

 

  • Septième dominante

    Il est réputé comme fort et agité. Il se trouve dans le jazz et le blues. Un accord de septième dominante se compose d’une note fondamentale, d’une tierce majeure (+4 demi-tons), d’une quinte parfaite (+7 demi-tons) et d’une septième mineure (+10 demi-tons).

 

  • Augmenté

    Il semble anxieux et plein de suspense. Un accord augmenté est créé par une note fondamentale, d’une tierce majeure (+4 demi-tons) et d’une 5e augmentées (+8 demi-tons).

 

  • Sus

    Il est comme brillant et nerveux. Un accord sus se compose d’une note fondamentale, d’une seconde majeure (+2 demi-tons) et d’une quinte parfaite (+7 demi-tons).

Vous souhaitez transposer des accords au Piano ? Découvrez la marche à suivre !

 

 

 

Conclusion :

Comprendre le langage musical est un vaste programme ! Nous espérons que vous avez trouvé dans cet article le début d’un chemin aussi passionnant que long à emprunter. Internet regorge de contenus qui vous permettront d’y voir plus clair.

 


Cet article vous a plu? Ces informations vous ont été utiles ? Faites-en profiter vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le !

Apprendre le Solfège seul : méthode et pédagogie

Apprendre le Solfège seul : méthode et pédagogie

 

 

Que vous soyez chanteur, pianiste ou guitariste, produire la bonne note et pouvoir l’entendre est essentiel. Le Solfège, aussi appelé Formation Musicale, est une étape importante dans l’amélioration des compétences auditives et musicales. Le pratiquer est nécessaire pour tout musicien désireux d’approfondir sa pratique musicale. Le travail de l’oreille est primordial : plus les oreilles d’un musicien sont développées, meilleur il sera à interpréter et/ou à composer. Pourtant, cet apprentissage peut parfois être difficile, car il nécessite l’utilisation du chant (nous ne sommes pas tous égaux dans ce domaine!) et une certaine réflexion théorique. Prendre le temps de s’initier au Solfège est pourtant intéressant à plus d’un titre. Les avantages s’étendent non seulement à vos capacités techniques avec votre instrument, au chant mais aussi à la compréhension de l’harmonie, du rythme et d’autres aspects fondamentaux de la musique écrite. Nous vous présentons une partie des méthodes à adopter pour apprendre le Solfège seul.

 

Prendre son temps

Comme dans la plupart des domaines de la musique, si vous n’avez jamais côtoyé le Solfège, la clé est de commencer lentement. Si vous avez une certaine expérience en musique, votre point de départ pourra être plus rapide car vous comprendrez plus vite certains principes théoriques qui vous paraîtront concrets. Un vrai plus avant de s’attaquer à l’apprentissage du Solfège est de connaître suffisamment bien votre voix, de la faire correspondre à la bonne tessiture et d’être capable de chanter une mélodie simple. Si vous avez besoin de travailler là-dessus, commencez par là. Une fois que vous serez prêt à affronter le Solfège avec l’aide du chant, les exercices vous paraitront plus simples. Notamment dans le travail de l’oreille. Les quelques bases indispensables du Solfège sont :

  • Distinguer les notes : ronde, blanche, noire, etc.

 

  • Découvrir les rythmes, les mesures et les sigles de base d’une partition.

Savoir lire les notes renforcera votre confiance et éliminera toute hésitation que vous pourriez ressentir. Vous devez les connaitre sur le bout des doigts. Commencez toujours par un tempo lent afin de ne rien oublier et de ne pas prendre de mauvaises habitudes. Parcourez quelques extraits au même tempo, et une fois que vous aurez l’impression de maitriser les notes, augmentez lentement le tempo. Par la suite, faites la même chose à un tempo plus rapide, et ainsi de suite.

Pour apprendre facilement et efficacement le Solfège, vous devez faire de vos exercices de Solfège une étape régulière de votre routine hebdomadaire. Même une activité aussi simple que de chanter quelques exercices vocaux de base, dans les modes majeurs et mineurs peut vous apporter des avantages. Commencer avec des exercices simples vous garantit de gagner en confiance. Apprendre les différentes gammes majeures et mineures, de même que les exercices d’intervalle, sont un bon point de départ. Même si ce n’est pas l’apprentissage le plus passionnant, il vous permettra de travailler votre oreille par le chant, et d’intégrer d’une manière très concrète les différentes échelles.

 

Guide complet des outils d'apprentissage de la musique à distance

Le déchiffrage : un exercice adéquat à pratiquer après l’apprentissage du Solfège

Pour tirer le meilleur parti de l’apprentissage du Solfège, engagez-vous dans un mélange d’exercices de routine. Lecture de notes préparées, lecture rythmique préparées, chant et, surtout pratiquez le déchiffrage. Le déchiffrage est l’action de lire une partition pour la première fois. Ses avantages sont nombreux : vous n’apprenez pas votre morceau par coeur et lisez vraiment la partition. Cela entraine que vous pourrez lire n’importe quelle partition, une fois votre technique bien développée. Pour bien déchiffrer, il vous faut développer quelques réflexes et savoirs faire, que Sight-O vous enseigne avec une méthode très progressive. Vous voulez l’essayer ? C’est ici.

Si cela fait longtemps que vous n’avez pas pratiqué le Solfège, n’ayez pas peur de vous rafraîchir la mémoire avec des exercices de base. Les cours en ligne offrent des avantages qui ne sont pas à négliger. Il existe de nombreux jeux de formation d’oreille et de bonnes ressources de solfège. Voici quelques applications d’apprentissage du Solfège, vous pouvez aussi consulter notre article sur les meilleures applications de travail l’oreille musicale.

 

Apprendre le Solfège seul : méthode et pédagogie

La méthode du Do mobile pour entraîner l’oreille

L’entraînement de l’oreille consiste à développer une oreille musicale mélodique et harmonique précise. Cette étape implique d’apprendre à reconnaître les intervalles, les accords et les types de progressions d’accords. Il n’est donc pas surprenant que l’apprentissage du Solfège en Do mobile soit très utile pour l’entraînement de l’oreille de tout musicien.

Par exemple, si vous entendez la note  “ Si ” monter à “ Do ”, quelle que soit la tonalité, vous saurez déjà que l’harmonisation de la mélodie ira du 5e degré (la dominante) vers le 1er degré (la tonique), et que l’intervalle sera une quarte parfaite. Mieux encore, vous pourrez reconnaître le son de l’intervalle, ce qui vous permettra de l’identifier instantanément dans d’autres morceaux. Les mélodies sont simplement constituées de plusieurs intervalles les uns à la suite des autres, ou en d’autres termes, d’une “ syllabe ” après l’autre. Apprendre à reconnaître une mélodie en associant des syllabes à des différences de hauteur contribue considérablement à l’entraînement de l’oreille musicale.

Apprendre le Solfège seul : méthode et pédagogie

S’aider d’un instrument

L’utilisation d’un instrument de musique est un excellent moyen de vérifier l’exactitude de vos notes. Cela a aussi l’avantage de rendre concret votre apprentissage.

Pour cet exercice, nous vous recommandons vivement d’utiliser un Piano. Vous pouvez opter pour un instrument différent. Cependant, les notes jouées sur un Piano sont plus faciles à produire. Les hauteurs seront exactes (pas de problème de justesse) et l’aspect visuel du clavier vous aidera beaucoup. Ce système entraînera votre oreille à entendre des mélodies et à reconnaître les relations d’intervalles entre les hauteurs. Vous serez capable de les noter rapidement et facilement. Chantez une note, puis jouez-la sur un Piano et comparez le résultat. Par exemple, chantez “ Ré ” dans la gamme de Do majeur, puis voyez si elle concorde avec le “ Ré ” sur le piano. Vous pouvez faire le contraire si vous trouvez cet exercice trop difficile. En d’autres termes, jouez d’abord la note, puis chantez-la, et enfin rejouez-la pour vérifier si vous êtes sur la hauteur.

 

 

Conclusion :

Vous l’aurez compris, apprendre le Solfège seul n’est pas chose aisée. Cela reste cependant faisable si vous êtes motivé et désireux de développer vos compétences à l’instrument. Dans cet article, nous avons volontairement mis l’accent sur le chant et le travail de l’oreille.  En effet, il nous faudrait des milliers de mots pour faire le tour de la question. Notez qu’il vous faudra développer des compétences en Lecture de notes, Lecture de rythmes et en Théorie musicale pour devenir un musicien épanoui. Nous vous conseillons donc de vous rapprocher d’un professeur pour parfaire votre apprentissage. Si vous souhaitez tout de même apprendre seul, sachez qu’il existe un nombre conséquent d’outils en ligne pour vous aider. Parmi eux, Sight-O est la meilleure application sur laquelle vous entrainer en Déchiffrage. N’hésitez pas à tester l’application pour faire vos premiers progrès en lecture à vue, c’est gratuit !

Cet article vous a plu? Ces informations vous ont été utiles? Faites en profitez vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le!

 

Guide complet des outils d'apprentissage de la musique à distance

La marche à suivre pour transposer des accords au Piano

La marche à suivre pour transposer des accords au Piano

En musique, la transposition consiste à prendre un morceau, ou une partie d’un morceau se trouvant dans une gamme (ou “ tonalité ”), et à le déplacer – à l’identique – vers une autre. On parle donc d’un changement de tonalité. Un morceau dans une tonalité majeure ou mineure peut être transposé dans n’importe quelle autre tonalité mineure ou majeure. D’un point de vue acoustique, une fois transposée, la partition aura une hauteur de son plus haute ou plus basse. Découvrez comment transposer des accords au Piano.

 

Pourquoi transposer ?

La transposition est souvent utilisée par les pianistes accompagnateurs, les arrangeurs, les compositeurs et les interprètes. Pour certains instruments de musique, cette technique est plus aisée que d’autre. Une Guitare peut par exemple utiliser un Capodastre, pièce à placer sur le manche pour changer de tonalité sans changer ses doigtés. Un Clavier électronique peut présenter des boutons pour changer les tonalités automatiquement. Par contre, sur un Piano acoustique, la transposition se fait manuellement.

 

Les situations qui peuvent vous obliger à changer la tonalité d’un morceau de musique

  • Pour le mettre dans la bonne tonalité pour les chanteurs. Si vous travaillez avec un ou plusieurs chanteurs, votre principale préoccupation dans le choix d’une tonalité est de trouver la gamme qui correspond à leur tessiture (la tessiture est l’écart entre la note la plus basse et la note la plus haute qu’un chanteur est capable d’exécuter). Si votre ou vos chanteurs sont aux prises avec des notes trop hautes ou trop basses, changer la tonalité pour adapter une oeuvre dans leur tessiture se traduira logiquement par une meilleure performance. Une fois que vous avez déterminé l’intervalle nécessaire, assurez-vous que ce sera une tonalité confortable pour tous vos musiciens.

 

  • Les musiciens peuvent également trouver qu’une partition est plus facile à jouer si elle est dans une tonalité différente.

 

  • Les musiciens avec des instruments transpositeurs (c’est à dire ne jouant pas en Do ou Ut) devront correctement transposer les partitions avant de pouvoir jouer un morceau si leur partition ne prend pas déjà en compte les caractéristiques de leur instrument. La Clarinette et le Saxophone sont par exemple des instruments transpositeurs très répandus. La Clarinette est généralement un instrument en Si bémol, même elle existe dans plusieurs autres tonalités, par exemple la Clarinette en Mi bémol (dite petite Clarinette). Il faut donc transposer les parties en Do d’un ton pour les instruments en Si bémol. Tandis que les Saxophones Alto et Baryton sont des instruments en Mi bémol. Il faudra transposer les parties d’une sixte majeure pour le Saxophone Alto, et d’une octave plus une sixte majeure pour Saxophone Baryton.

 

La marche à suivre pour transposer des accords au Piano

 

Comment transposer au Piano ?

Il est important de savoir quelles notes se trouvent dans chaque tonalité/gamme lorsque vous transposez, en particulier lorsque vous le faites spontanément. De plus, déterminer sa tonalité de départ et celle d’arrivée est primordiale. Choisir votre transposition, à bien des égards, s’agit de l’étape la plus importante. La transposition que vous choisissez dépendra de la raison pour laquelle vous l’effectuez. Si vous l’avez choisi parce que vous voulez une tonalité particulière, vous devez déjà savoir quelle armure utiliser. Il importe de connaître l’intervalle entre l’ancienne et la nouvelle transposition, mais aussi la nouvelle armure. Cette étape est importante. Si vous utilisez la mauvaise armure, la transposition ne fonctionnera pas.

 

Guide complet des outils d'apprentissage de la musique à distance

Les différentes technique pour transposer efficacement une oeuvre

  • La transposition spontanée. Encouragée dans bon nombre de méthodes, la transposition spontanée se base sur l’oreille du musicien, qui va tenter de reproduire une mélodie entendue dans une tonalité différentes de celle d’origine. Pour arriver à ce résultat, la pratique régulière du chant et d’un travail de l’oreille est vivement conseillée. Une fois les réflexes acquis, il sera question de s’entrainer sur son instrument. Tout d’abord avec des motifs mélodiques simples, que l’on complexifiera au fil du temps.

 

  • La transposition par intervalle. L’intervalle est la distance entre deux notes. Si vous avez choisi la transposition parce que vous vouliez un intervalle particulier, la tonalité changera avec l’intervalle. Après avoir déterminé votre tonalité de départ et celle d’arrivée, vous devrez déplacer les notes de l’intervalle choisi. Cette transposition nécessite une certaine préparation au préalable de la prestation du musicien. Exemple :
    Sur votre Piano, si vous transposez de la tonalité de Do à celle de Ré, l’intervalle entre ces notes est de deux demis tons ou d’un ton. Vous devrez alors décaler toutes vos notes de deux demi-tons ou d’un ton plus haut. Vous pouvez le faire pour toutes les notes en comptant simplement les lignes et interlignes. Tant que votre armure est correcte, vous n’avez pas à vous soucier de savoir si un intervalle est majeur, mineur ou parfait.

 

  • La transposition par accord.  Un grand nombre de pianistes et entre autres des pianistes de Jazz, utilisent cette méthode. Plutôt que de transposer chaque note d’un accord individuellement, les pianistes expérimentés connaissent tous les accords ainsi que les notes les composants. Une fois les accords bien appris, il vous suffira de penser à l’accord d’origine et à celui vers lequel vous souhaitez transposer. Il faudra bien sûr appliquer l’intervalle du changement de tonalité pour tous les autres accords de votre morceau. Cette méthode ne sera pas plus compliquée que la transposition par intervalle. En effet, un accord majeur reste majeur. De même un accord mineur reste mineur, et idem pour tous les types d’accords.

Le Piano à été désigné comme l’un des instruments de musique les plus accessibles. Lisez notre article pour découvrir les autres instruments du classement !

 

Difficultés lors d’une transposition

La plupart des notes peuvent simplement être déplacées du nombre correct de lignes et interlignes. Que l’intervalle soit mineur, majeur ou parfait, il se transposera de lui-même si la bonne armure a été choisie. Toutefois, il faut adapter correctement les altérations accidentelles (celles qui ne sont pas à l’armure). Elles doivent également être transposées du même intervalle. Pour cela, placez la note sur la ligne ou interligne où elle tombera si ce n’est pas accidentel, puis abaissez-la ou augmentez-la par rapport à votre nouvelle armure. Par exemple, un Si bécarre accidentel dans la tonalité de Mi bémol majeur (Sib, Mib et Lab à l’armure) a été relevé d’un demi-ton par rapport à la note dans l’armure. En transposant vers le bas dans la tonalité de Ré majeur (Fa# et Do# à l’armure), vous devrez élever le La naturel d’un demi-ton, à La dièse.

Si cela prête à confusion, gardez à l’esprit que l’intervalle entre les notes de la tonalité de Mi bémol majeur et les notes transposées de Ré majeur, devront être d’un demi-ton.

 

transposition piano

 

Nos dernières recommandations avant de transposer

N’oubliez pas de mettre à jour tout changement d’armure après chaque transposition dans la partition, ainsi que les changements de notes en faisant très attention à l’intervalle entre vos notes originales et transposées. Vous avez terminé? Il vous faudra indiquer dans le coin supérieur gauche de votre partition à quel instrument votre transposition est destinée. Par exemple “ Clarinette en Sib ” ou “ Saxophone Alto en Mib ”. Il est possible de transposer quelques notes ou accords facilement à la main. Cependant, qu’en est-il s’il s’agit d’une partition entière ? Actuellement, il est possible de faire cela numériquement grâce à plusieurs applications conçus pour faciliter votre travail (applications de saisie de partition par exemple). Cependant, le processus manuel vous aidera à vraiment comprendre la transposition durant vos premiers stades d’apprentissage.

 

Conclusion :

Pour conclure, tout comme avec la plupart des domaines de la musique, la meilleure façon de maîtriser la transposition est de la pratiquer régulièrement.

Vous savez désormais tout des étapes  à suivre pour transposer des accords au Piano. Avec Sight-O, améliorez la lecture de vos partitions préférées grâce à l’utilisation d’un Cache occultant qui se déplace de note en note sur la partition pour vous inciter à lire en avance, ne plus hésiter, ne pas vous arrêter.

 

Cet article vous a plu? Ces informations vous ont été utiles? Faites en profitez vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le!

 

Guide complet des outils d'apprentissage de la musique à distance

La méthodologie en déchiffrage

La meilleure méthodologie en déchiffrage

Vous venez très probablement de vous inscrire sur Sight-O et nous sommes sacrement content de vous compter parmi nous. Dans les lignes qui suivent, vous allez en savoir plus sur la méthode et comment l’appliquer. Il est très important de lire et de retenir les informations de ce petit “mode d’emploi” afin de faire vos premiers progrès le plus rapidement possible.

Le déchiffrage est l’art d’exécuter une partition de musique sans l’avoir jamais vu auparavant. Cela demande quelques notions théoriques et pratiques (environ six mois à un an d’instrument et/ou de formation musicale).

Si vous parcourez ces lignes, c’est que vous souhaitez progresser en déchiffrage. Nous allons vous dire précisément comment vous y prendre.

 

1 – À QUOI SERT LE CACHE

Le Cache est une des singularité de la méthode Sight-O. Vous ne le retrouverez dans aucune autre méthode en ligne ou application au monde, bien que son principe soit connu depuis des décennies (voir des siècles!).

Voici les trois fonctions du Cache dans Sight-O :

                    1/ Lire en avance, étendre son champs de vision et anticiper les difficultés

Votre champs de vision est beaucoup pour large que vous ne le croyez. Pourtant, bien souvent, vous lisez en “note à note”. Lire note à note reviendrais à lire mot à mot votre journal du matin. Absurde et contre-productif, non? Le Cache vous permet d’étendre votre champs de vision et donc de voir les difficultés arriver de plus loin. D’anticiper, en somme.

                 2/ Empêcher de revenir en arrière pour vérifier ce que l’on vient de jouer

C’est la source d’erreur numéro une. Vous venez de passer un sacré paquet de notes et vous vous dites qu’il faut vérifier si vous avez bien joué les bonnes… C’est totalement inutile et cela rajoute à votre cerveau une charge de travail supplémentaire. Sachant qu’il sera déjà bien sollicité lors d’un déchiffrage. Vous devez absolument oublier les notes lues pour vous concentrer sur les suivantes. On ne change pas le passé!

               3/ Il se déplace au tempo de l’exercice et oblige à ne pas s’arrêter

Imaginez-vous au milieu d’un orchestre face à un public. Vous vous trompez à la mesure 84. Arrêteriez-vous l’orchestre pour reprendre à 82? Absolument pas. Ne vous arrêtez pas, jamais! Oubliez même que cela vous est possible.

2 – COMMENT LIRE AVEC LE CACHE

Attention, partie très importante!

Le cache se déplace au tempo de la partition. Pendant que vous jouez la ou les notes sous l’extrémité droite du cache, vos yeux lisent et mémorisent la ou les notes suivantes.

      • Jouer

Le Cache masque la pulsation que vous êtes en train de jouer à son extrémité droite. Quand on parle de pulsation, cela peut être une seule note, ou un groupe de note. Tout dépend de sa valeur (croche, noire, noire pointée, blanche,…). La pulsation d’un exercice est indiquée au niveau du Tempo dans le bandeau de commandes (un exemple ici avec une pulsation à la noire). Nous reparlerons du tempo plus bas dans cet article.

Exemple : votre exercice est à la noire. Si le Cache passe au dessus d’un groupe de quatre doubles croches, elles seront toutes masquées en même temps : voir ici

Autre exemple :  pendant un exercice à la noire, le cache restera deux pulsation au dessus d’une blanche. Il se déplacera légèrement cependant pour continuer de vous indiquer le tempo : voir ici

      • Lire

Pendant que vous jouez la ou les notes sous le cache, vos yeux et votre cerveau vont devoir lire et mémoriser la pulsation qui arrive (qui peut être composé d’une ou plusieurs notes, encore).

Quelques temps après vos premiers progrès en déchiffrage, il se peut que vous ne lisiez plus simplement une pulsation en avance, mais deux, trois… voir dix. Certains des meilleurs élèves de Pierre sont arrivés jusqu’à dix groupes de quatre double croches. N’ayez pas peur, cela va se faire petit à petit.

Votre cerveau fait donc deux choses à la fois : jouer la pulsation sous le cache et lire et retenir la pulsation qui vient. Vos yeux ont donc toujours un temps d’avance sur votre exécution instrumentale. Vous lisez en avance. L’un des points les plus difficiles sera de gérer et de maintenir ce léger décalage.

Voici un exemple solfié :

                                    

 

3 – LA LECTURE PRÉPARATOIRE

Nous sommes dans le vif du sujet.

Les informations essentielles de la partition

Avant de commencer un exercice, prenez 30 secondes pour identifier et mémoriser :

  • Le tempo (que vous pouvez modifier. Voir le chapitre TEMPO, plus bas)
  • La pulsation (ex : croche, noire, noire pointée, blanche,…)
  • Le caractère du morceau (ex : “Joyeux” , “Grave”, etc…)
  • La clé (de Sol, Fa ou Ut)
  • L’armure (vide, # ou b?)
  • Les chiffres indicateurs (2/4, 3/4, 6/8,…)

La lecture préparatoire

Parcourez le texte musical en repérant :

  • Si il y a des signes de reprise, renvoi, coda
  • Les passages délicats (rythmes complexes, altérations, passages techniquement compliqués)
  • Les changements de portées et leurs difficultés (voir l’article sur les changements de portées)
  • Les nuances, le phrasé et les indications de ralenti.

Ne pas hésiter à préparer en quelques secondes, avec votre instrument, les passages qui vous paraissent les plus difficiles.

4 – TEMPO

Pour chaque exercice vous est suggéré un tempo. C’est le tempo défini par l’auteur comme “idéal” : si vous arrivez à déchiffrer à ce tempo, bravo.

Dans le cas contraire, vous pouvez modifier le tempo directement dans le bandeau de commande. N’hésitez surtout pas à prendre un tempo plus lent. Il vaut mieux plus lent sans fautes, que rapide et tout faux. Logique.

5 – DÉCULPABILISEZ-VOUS DE LA FAUSSE NOTE

Vous avez loupé beaucoup de notes, de rythmes? On s’en fiche, oubliez ça. L’erreur n’est pas importante. Le plus important est que vous alliez de l’avant que vous finissiez la partition de la plus belle des manières. Oubliez les notes lues pour les suivantes, toujours !

6 – N’AYEZ PAS PEUR DE SAUTER UN OU PLUSIEURS GROUPES DE NOTES

Ce titre est assez explicite. Ne vous gênez pas. Si vous avez accumulé du retard et que vous n’arrivez pas à vous en sortir, sauter plusieurs groupes de notes, reprenez à la ligne, serein(e). Il vaut mieux louper une ligne que tout l’exercice.

7 – COMMENCEZ SIGHT-O PAR DES EXERCICES FACILES

Même si vous avez déjà de bonnes bases, commencez par des exercices faciles voir très faciles, quel que soit votre niveau. Cela vous permettra de vous habituer au déplacement du cache et de ne pas prendre de mauvaise habitude. Nous vous conseillons le Programme Initiation, qui a été spécialement développé dans ce but.

8 – FINISSEZ L’EXERCICE COÛTE QUE COÛTE

Ne vous arrêtez pas, finissez, allez jusqu’au bout! Imaginez-vous sur scène, en essayant de ne pas décevoir votre public.

 

CONCLUSION

N’oubliez pas que le déchiffrage est l’art de “s’en sortir”. Faites le maximum pour jouer toute les notes et les rythmes mais ne vous culpabilisez pas si vous n’y arrivez pas. Le but est pour vous de lire un maximum de musique avec les bienfaits du cache, en vous rappelant toujours des conseils de cet article. Vous allez très vite progresser et prendre d’avantage confiance en vous. Et surtout, faites vous plaisir.

Pourquoi nous vous recommandons le cache Napoli

Vous avez la possibilité de sélectionner un Cache qui vous accompagnera pendant vos exercices. Ce n’est peut être pas le plus beau ni celui que l’on choisirait en premier, pourtant, Napoli est LE cache que nous vous recommandons d’utiliser. On vous dit pourquoi.

Fondateur de la méthode, Pierre Boutin est également un passionné de peinture. Il peint et expose ses toiles depuis plus de quarante ans. Pierre, après avoir mis en place le système du Cache dans son approche pédagogique du déchiffrage, en est venu à s’interroger sur sa couleur. C’est là que tout son savoir faire de maître du pigment entre en jeux.

“Mais sa couleur, au cache, on s’en fiche non?”

Et bien non, au contraire. Explication.

LE MOINDRE EFFORT

Il faut bien comprendre que votre cerveau va devoir exécuter tout un tas de choses différentes, quasiment au même moment. Il devra gérer :

  • Vos yeux et leur déplacement sur la partition
  • La réception et la mémorisation de l’information
  • Le traitement de cette information
  • Les muscles qui vont mettre en action votre instrument
  • Le contrôle auditif

Pour ajouter un peu de piment à tout cela, ces éléments ne sont pas tous réalisés au même moment et se déroule en des cycles qui se répètent. Si vous prenez du retard à une étape, c’est tout le reste qui s’en trouvera perturbé. Et patatras.

Vous l’avez compris, vos yeux et votre cerveau vont avoir de sacrés efforts à fournir pendant le déchiffrage d’une partition. Une concentration de tous les instants, les sens en éveil, le regard imperturbable. À l’image du sportif de haut niveau qui pèse et réfléchi le moindre effort, le lecteur à vue doit également se ménager. Certaines couleurs peuvent inhiber et ralentir le fonctionnement millimétré de votre cerveau. Un choix crucial, donc.

NAPOLI

Son nom -Le cache Napoli- lui vient de sa couleur : le Jaune de Naples (à l’origine, le pigment était extrait des roches du Mont Vésuve). Cette couleur est à la fois vive et douce. Elle ne perturbe pas votre œil et elle n’inhibe pas le fonctionnement de votre cerveau tout en restant bien visible. Elle est également assez neutre : ni magnifique, ni désagréable. Votre œil voit le cache mais n’y prête pas plus attention que cela, vous laissant le loisir de vous concentrer sur ce qui compte vraiment : la partition.

TESTÉE ET APPROUVÉE

Pierre a donc sorti sa palette, ses tubes de gouache et s’est employé à tester tout un tas de couleurs sur ses élèves. Après moult essais, il est arrivé à la conclusion que le Jaune de Naples était la couleur avec laquelle les exécutants avaient le plus de réussite.

Le blanc est mal avisé, il faut tout de même que le cache se distingue du fond de la partition. Le noir, “couleur” de la gravure musicale, sème la confusion et retient l’oeil. Le rouge est trop stressant. Le bleu et le vert, inhibent. Etc…

Bon, malgré tout, ne vous empêchez (surtout) pas de tester les autres Caches que vous pourriez gagner! Vous verrez, ils sont tellement cool, ce serait dommage de s’en priver.

Réservez-vous l’usage de Napoli pour les exercices les plus difficiles, histoire de mettre toutes les chances de votre côté.

Comment progresser en déchiffrage / lecture à vue ?

Comment progresser en déchiffrage / lecture à vue ?

Le Déchiffrage, appelé aussi “Lecture à vue”, c’est lire instantanément une partition que l’on a jamais vu. Le principal avantage de cela est de pouvoir découvrir de nouveaux morceaux rapidement, sans passer des heures à travailler et apprendre par coeur une partition. Ça tombe bien, vous êtes sur Sight-O, une méthode en ligne unique de déchiffrage! Grâce à l’article qui suit, vous saurez tout sur la meilleure et la plus rapide des façons d’apprendre à lire des partitions comme on lit un livre.

On se dit souvent que si on est mauvais(e) en lecture à vue, on n’y pourra rien changer. Nous sommes condamnés à déchiffrer des partitions parfois pendant des heures, en les apprenants par coeur… Personne ne vous a jamais dit comment faire, ou alors un simple “entraine-toi et tu vas progresser en lecture à vue”, “déchiffre beaucoup de partitions, ça va rentrer”, “déchiffre du Bach, c’est bien pour commencer”. Malheureusement sans cadres et méthodologie, vous ne ferez, partition après partition, que vous créer de nouveaux défauts.

Tout cela montre une chose : trop peu d’outils efficaces existent pour l’apprentissage du déchiffrage. Mais Sight-O est là pour vous aider !

 

1 – AVANT DE COMMENCER

                   • Soigner sa lecture préparatoire

Nous vous en avons déjà parlé dans notre article sur la Méthodologie en déchiffrage. Lisez et relisez cet article.

La lecture préparatoire est très importante. Ne vous lancez jamais bille en tête face à une partition ! Il faut d’abord la parcourir rapidement, repérer les informations essentielles et les éventuelles difficultés. C’est à ce moment là que vous saurez si vous devez ajuster le tempo de l’exercice afin d’être en phase avec votre niveau.

                   • Utiliser son oreille intérieure

Tenter de vous chanter la partition intérieurement. Imaginez avoir les réponses d’un examens avant d’avoir à le passer… Pratique non? Pour travailler votre oreille intérieure, nous vous conseillons de télécharger une application de “Ear Training” et de vous entrainer régulièrement. 5 à 10 minutes par jour étant l’idéal pour progresser rapidement.

Lisez donc notre top 5 des meilleurs applications de Ear Training.

                   • Trouver la tonalité du morceau

Pour rappel, la tonalité est la gamme dans laquelle l’oeuvre a été composée. La tonalité peut changer en cours de morceaux.

On peut la trouver de deux manières : en se chantant intérieurement la partition et/ou en analysant l’armure. Trouver la tonalité est cruciale !  Imaginez que vous commenciez votre partition en mineur, alors que le morceau est en Majeur…

La tonalité peut vous donner des indices précieux sur le caractère du morceau (triste? joyeux?), sur les intervalles rencontrés ou encore la progression harmonique. Attention donc à bien prendre connaissance de l’armure en début de morceau.

 

                   • Révisez vos intervalles 

Reconnaître instantanément un intervalle que l’on voit sur une partition est très utile. L’assimiler et pouvoir le reproduire sur son instrument l’est encore plus !

Travaillez et révisez donc vos intervalles. Cela vous permettra de gagner en rapidité et en aisance lors de vos déchiffrages.

2 – LIRE EN AVANCE

Après avoir bien préparé votre partition, vous pouvez commencer à la déchiffrer. Attention cependant à toujours bien lire en avance.

C’est peut être le point le plus essentiel du déchiffrage. Toujours, toujours lancer vos yeux vers la droite ! Lire le plus en avance possible vous permet de voir venir les difficultés et de vous y préparer. C’est d’ailleurs l’utilité principale du Cache de Sight-O.

Lire en avance va vous aider peu à peu à élargir votre champs de vision. Vous passerez d’une lecture laborieuse quasiment note à note, à la lecture de plusieurs groupes de notes en un coup d’oeil. Commencez à lire en avance d’une pulsation. Après vos premiers progrès, tentez de lire  avec 2 puis 3 pulsations. Votre objectif est d’atteindre une mesure d’avance par rapport au cache.

Au début, le plus dur sera de conserver votre avance. Concentrez-vous et tenez bon!

Faites également attention à vos changements de portées ! (lire l’article sur les changements de portées)

3 – PARTITIONS FACILES VOIR TRÈS FACILES

Quel que soit votre niveau instrumental ou de lecture, commencez toujours par des partitions faciles voir très faciles. La règle serait même de toujours travailler des morceaux qui se situent en dessous de vos capacités techniques et instrumentales.

Le Programme Initiation de Sight-O est parfait pour vous initier au défilement du cache et vous habituer à déchiffrer avec une pulsation d’avance.

4 – UN PEU CHAQUE JOUR

Nous vous conseillons de pratiquer votre déchiffrage un peu chaque jour, entre 5 et 15 minutes. Un entrainement régulier vous fera progresser en lecture à vue très rapidement!

Votre séance de déchiffrage peut intervenir au début ou à la fin de votre entrainement instrumental ou même indépendamment de celui-ci. Prenez le comme une sorte de challenge de concentration. Cela pourra également être une bonne chauffe pour le travail de votre instrument.

Grâce à Sight-O, fixez-vous un Objectif Hebdo. Le remplir vous permettra de gagner des XP supplémentaires! Rendez-vous sur votre Dashboard pour fixer votre objectif hebdo.

5 – LIRE DE NOUVELLES PARTITIONS

En lisant une partition deux fois, n’oubliez pas que vous ne l’aurez déchiffré en réalité qu’une seule fois!

Refaire un exercice n’est plus du déchiffrage car vous commencez à vous en souvenir. Les réflexes et les mauvaises habitudes se ré-installent. Pour vous entrainer efficacement, lisez toujours de nouvelles partitions.

C’est d’ailleurs pour cela que Sight-O comporte un si grand nombre d’exercices originaux pour chaque instrument. Vous ne serez jamais à cours !

6 – NE REGARDEZ PAS VOS MAINS !

Et oui… Regardez la partition, c’est bien plus important, puisque vous ne la connaissez pas. Votre instrument, vos mains, vous les connaissez! Faites-vous confiance, et entrainez-vous à trouver vos marques sur votre instrument, les yeux fermés ou rivés à la partition.

Bien évidemment, selon votre instrument, différentes problématiques peuvent apparaitre dans la façon d’aborder la situation. Toutefois, c’est un défaut récurrent donc… Entrainez-vous !

7 – DÉCULPABILISEZ-VOUS DE LA FAUSSE NOTE

Vous venez de vous trompez ? Aucune importance ! Enchainez la suite de la partition sans y prêter attention. Le correcteur automatique de Sight-O vous indiquera à la fin de l’exercice où et quel type de faute vous avez faites. Vous pourrez ensuite essayer de comprendre pourquoi vous avez fait erreur et comment vous pourriez vous améliorer. Dans l’action, concentrez-vous plutôt sur votre enchainement, qu’il soit fluide et continue. En cas d’erreur, n’hésitez pas à sauter plusieurs groupes de notes pour reprendre pied sereinement, plus loin sur la partition.

Un conseil important dans ce sens : Oubliez les notes lues pour les suivantes. Le Cache occultant de Sight-O vous aide à cela grâce à sa largeur d’environ une mesure. Le passé appartient au passé et vous inquiéter d’une erreur ne changera en rien le fait qu’elle ait eu lieu…

8 – ENTRAINEZ-VOUS RÉGULIÈREMENT SUR SIGHT-O !

On ne le dira jamais assez mais un entrainement régulier est le réel secret de votre réussite. 5 à 10 minutes par jour peuvent suffire à vous faire grandement progresser en lecture à vue.

Pour cela, Sight-O met à votre disposition le seul outil spécialement conçu pour vous entrainer efficacement en lecture à vue. Profitez-en ! Grâce à son cache, unique au monde, vous lancez votre regard en avant et vous apprenez à anticiper les difficultés. Le cache vous incite également à ne pas vous arrêter, malgré vos erreurs. Enfin, il vous empêche de revenir en arrière, pour vous éviter de vérifier ce que vous venez de jouer.

Vous avez désormais toutes les clés pour progresser efficacement en lecture à vue. Grâce à Sight-O, vous le ferez dans une ambiance positive et décontracté. Attention, vous risquez d’y prendre goût…

Cet article vous a plu? Ces informations vous ont été utiles? Faites en profiter vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le!