Le déchiffrage au Piano

Le déchiffrage au Piano

Le déchiffrage, aussi appelé lecture à vue, est défini comme l’action de lire et d’interpréter une partition musicale sans sa connaissance ou sa répétition préalable. Nombreux sont encore ceux qui jouent à l’oreille ou de mémoire leurs morceaux préférés. Pourtant, même si jouer de mémoire permet une exécution immédiate et quasi certaine, on atteint vite la limite du nombre d’oeuvres connues du musicien. Il est donc nécessaire qu’en tant que pianiste, vous puissiez parcourir rapidement et avec méthode, les nombreuses partitions de musique que vous souhaitez découvrir. La lecture à vue peut être perçue comme difficile, mais en réalité, tend à devenir un jeu d’enfant si et seulement si vous adoptez la bonne méthode. Dans cet article nous vous disons tout sur le déchiffrage au Piano.

 

Pourquoi savoir déchiffrer au Piano ?

Savoir déchiffrer au Piano ne peut être que bénéfique pour vous. Outre l’évidence de pouvoir jouer toute nouvelle partition instantanément, cela vous permet de vous acclimater plus facilement à tous les types de musique abordés. Ce qui est un gros plus, si vous souhaitez jouer dans un groupe ou dans un orchestre, la communication entre musiciens en sera grandement facilitée.

En tant que musicien, il est utile de savoir jouer de tout. Au-delà de l’aspect solfégique, savoir déchiffrer au Piano vous apportera une très grande adaptabilité aux situations rencontrées. Vous apprendrez aussi à prioriser et organiser votre vision de la partition, de comprendre en quelques coups d’oeil bien placés à quoi vous aurez affaire.

Le travail de déchiffrage au Piano est en lui-même très productif, car vous progresserez dans de nombreux domaines (lecture de notes, interprétations, rythmes,…). Cependant, il est bon de rappeler qu’un travail régulier et attentif reste nécessaire.

Déchiffrer au Piano permet non seulement de jouer un morceau, mais également de se familiariser particulièrement avec l’oeuvre que vous abordez. Vous découvrirez avec plus d’aisance comment elle a été construite par son auteur : les esprits très mathématiques y trouveront une structure logique, en quelque sorte !

 

Le déchiffrage au Piano

Nos conseils pour le déchiffrage au Piano

Vous améliorer en déchiffrage, c’est essayer de gommer progressivement un ensemble de défauts qu’a pris votre oeil dans son déplacement et sa lecture d’une partition. Ensuite, le cerveau entre en jeu dans la bonne interprétation de cette lecture. Changez ses mauvaises habitudes n’est jamais chose aisée, accrochez-vous ! Suivez nos conseils, vous verrez à coups sûr et progressivement, vos premiers progrès venir, récompensants votre entraînement régulier.

C’est pour cela que Sight-O et Damien Nédonchelle se sont associés pour développer un programme spécialement adapté pour l’apprentissage du déchiffrage au Piano. Grâce au Cache de Sight-O et à un univers ludique, progresser en déchiffrage est enfin synonyme de plaisir. Vous souhaitez vous lancer? Testez Sight-O gratuitement.

Quelques étapes sont nécessaires pour vous permettre un déchiffrage réussi. Voici nos quelques recommandations afin de devenir un pro du déchiffrage au Piano.

La lecture préparatoire

En dehors des notes à proprement dites, une partition de Piano comporte de nombreuses indications qui vous renseigneront sur la façon de jouer l’oeuvre abordée. Avant de commencer un exercice, prenez donc quelques minutes pour identifier et mémoriser/intérioriser :

  • Le tempo auquel se joue le morceau
  • La forme musicale du morceau : sonate, concerto, etc
  • La pulsation (ex : croche, noire, noire pointée, blanche,…)
  • La tonalité du morceau
  • Les chiffres indicateurs  (2/4, 4/4, 6/8, etc)
  • La clé
  • Les altérations (dièses, bémols, bécarres) présentes à l’armure ou de manière accidentelle
  • Les changements de portées et leurs difficultés
  • Les autres indications de nuances, phrasé, tempo, reprise, etc…

Prenez le temps pour cette étape, elle est cruciale et vous aidera grandement.

Lire en avance

Assurez-vous de toujours lire en avance votre partition. C’est peut être le point le plus important du déchiffrage au Piano. Jetez toujours vos yeux le plus possible vers la droite. Une lecture le plus en amont possible vous permet de voir les difficultés à venir et de vous y préparer. Soit dit en passant, c’est l’un des objectifs principaux du Cache de Sight-O qui vous sera présenté tout au long de cet article.

Lire la partition en avance vous aidera progressivement à élargir votre champ de vision. Vous passerez d’une lecture laborieuse, presque note par note, à la lecture de plusieurs groupes de notes en un coup d’œil. Commencez à lire en avance d’une pulsation. Après un certain temps, essayez de lire en avance de 2 puis 3 pulsations. Votre objectif doit être d’avoir au moins une mesure d’avance comparé au cache.

Vous hésitez entre un Piano numérique et acoustique ? Dans cet article nous vous donnons quelques conseils à ce sujet.

 

Le déchiffrage au Piano
Le cache de Sight-O

Ne jamais revenir en arrière

C’est bien l’erreur la plus répandue. Lors d’une faute ou d’un passage difficile, il est fréquent que l’instrumentiste débutant revienne en arrière vérifier ce qui vient d’être joué. Grave erreur ! Ce faisant, vous prenez un retard difficile à rattraper. Le passé appartient au passé, y repenser n’y changera rien, malheureusement…

Le Cache occultant rectangulaire de Sight-O permet de cacher les notes précédentes afin d’inciter le lecteur à bien projeter ses yeux en avance et à ne se soucier que de l’avenir.

Lire du bas vers le haut

C’est un conseil essentiel pour les pianistes. Il vous faut d’abord commencer par la lecture de la clé de Fa puis, remonter à la clé de Sol. La bonne lecture de la note de basse, couplée à une bonne compréhension harmonique vous aidera à mieux anticiper ce qui viendra à la clé de Sol. Du bas, vers le haut… toujours !

Ne pas regarder ses mains

Une partition de musique est déjà bien assez chargée en symboles divers et variés pour que vous ne vous rajoutiez une contrainte supplémentaire en la perdant des yeux, pour voir si vos mains ne s’égarent pas… Vos progrès en seront grandement accélérés, dès lors que vous cesserez de regarder vos mains.

Ne pas s’arrêtez

Même en cas d’erreur, continuez d’avancer sans vous arrêter, ni revenir en arrière, ni répéter un passage manqué. Ne vous arrêtez jamais ! Cela va vous habituer à regarder en avant et vous mettre dans la bonne attitude pour progresser. N’hésitez pas à sauter un à plusieurs groupes de notes afin de vous remettre en selle et de reprendre la bonne marche du morceau.

Commencer par des exercices très faciles

Il est très important de commencer votre apprentissage du déchiffrage par des exercices faciles voir très faciles. Votre choix doit se porter sur des exercices plus faciles que ceux que vous avez l’habitude de jouer.

Procédez progressivement sera la meilleure façon de vous améliorer efficacement. C’est pourquoi Sight-O propose un très grand nombre d’exercices très progressifs (312 rien que pour le Piano ! Écrits par Damien Nédonchelle), afin que vous ne ressentiez pas une grande différence d’un exercice à l’autre et que vos efforts soient toujours récompensés par des progrès visibles.

Connaître les tonalités et la modalité

Connaître les différents modes et tonalités constituent une très bonne base et vous permet d’évoluer à peu près dans toutes les gammes et styles au Piano, presque sans y penser. Vous gagnerez un temps et un confort considérable, en ne pensant plus à vos altérations. Composer et improviser vous sera très grandement facilité.

Toutefois, cette connaissance ne s’acquiert pas nécessairement en réalisant de simples gammes d’une manière classique, mais plutôt par des exercices plus variés mêlant travail de l’oreille, d’analyse, exercices théoriques ou de transposition,  afin de vous familiariser avec la gymnastique mentale du jeu des gammes, des tons voisins, etc…

Enfin, connaître les tonalités permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble de la structure et des carrures d’un morceau, en anticipant harmoniquement les changements de parties, transitions et conclusions (cadences).

 

Le déchiffrage au Piano

Tenir un tempo

Tenir un tempo permet de maintenir la cohérence de ce qui est joué et ainsi d’en avoir une meilleure compréhension. De plus, vous profiterez de l’effet d’entraînement et du dynamisme de la pulsation.

Le Cache de Sight-O peut vous aider à maintenir votre tempo sans l’usage du Métronome, de manière plus saine car utilisant le visuel plutôt que l’auditif.

Lire de nouvelles partitions

Il est nécessaire de s’exercer à chaque fois sur de nouvelles partitions. S’entraîner à nouveau sur une partition déjà vue n’est plus, par définition, du déchiffrage ! Votre mémoire rentre en jeu et la sensation de découverte est atténuée. Les réflexes et les mauvaises habitudes se réinstallent, lentement mais sûrement. Pour que vos séances d’entraînements soient pleinement efficaces, faites-les toujours sur de nouvelles partitions.

C’est pour cela que Sight-O vous propose près de 10 000 exercices originaux très progressifs, et près de 312 rien que pour le Piano. Vous n’aurez (presque) jamais l’occasion de refaire deux fois le même exercice ! Testez Sight-O gratuitement.

Un travail régulier

Pour des progrès rapides et visibles, nous vous conseillons de pratiquer votre déchiffrage un peu chaque jour. L’idéal serait entre 5 et 15 minutes à chaque séance. Il vaut mieux un travail moins important mais plus régulier, que l’inverse. Vous pouvez pratiquer votre déchiffrage au début ou à la fin de votre pratique instrumentale, ou encore indépendamment de celle-ci.

N’hésitez pas à vous fixer des objectifs hebdomadaires en termes de nombre d’exercices pratiqués. Sight-O vous aide à cela grâce aux Objectifs Hebdo, qui vous permettent de gagner davantage de points d’XP et vous faire progresser plus rapidement.

Exercer sa compréhension musicale

Comme dit précédemment, il est impératif d’améliorer votre compréhension de ce qui constitue le “langage musical”. Cela comprend l’intégralité des symboles d’une partition, des mécanismes et logiques qui régissent votre compréhension de la gravure musicale… mais pas que ! Comprendre les différents styles de musiques, les esthétiques, les modes de jeux et autres sonorités, est essentiel. Le Jazz ne s’interprète pas de la même manière que le Rock ou que la musique dite “Classique” ! Un bon lecteur à vue comprend en quelques coups d’oeil quel style et état d’esprit adopter.

 

Le déchiffrage au Piano
L’application Sight-O

La méthode Sight-O

Sight-O est une méthode de déchiffrage en ligne qui vous donne accès à un programme complet proposant des milliers d’exercices pour tous les niveaux, aussi bien pour les débutants que pour les avancés. La particularité de la méthode ? Le Cache, qui se déplace de notes en notes sur la partition pour vous inciter à lire en avance, à ne plus hésiter, et à ne pas vous arrêter. Il participe donc à corriger les défauts de lecture en rééduquant le déplacement de l’oeil sur la partition. Progressez de manière ludique, naturelle et agréable.

Vous souhaitez améliorer votre lecture de partition au Piano ? Inscrivez-vous sur Sight-O et bénéficiez de 7 jours de test gratuits !

 

Le déchiffrage au Piano

Conclusion

Progresser en déchiffrage au Piano peut se faire à tout âge et ne peut vous apporter que des bénéfices : adaptation à tous les types de partitions et styles de musique, intégrer n’importe quel groupe, accompagner au Piano des musiciens et danseurs ou encore vous permettre de progresser dans de nombreux domaines tels que l’interprétation, l’improvisation et la composition.

L’apprentissage du déchiffrage est donc une étape cruciale et peut se faire de façon très agréable si vous disposez de la bonne méthode.

 

Cet article vous a plu ? Ces informations vous ont été utiles ? Faites-en profiter vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le !

La famille des instruments à percussion

La famille des instruments à percussion

Depuis l’Antiquité, les instruments à percussion accompagnent la musique, les danses et les rituels des peuples. En Occident, ils se fondent progressivement dans l’orchestre en formant une partie de plus en plus imposante. Au fil des années, leurs différents rôles ont évolué ainsi que leur effectif. Des instruments de musique de culture non occidentale, se sont ajoutés aux percussions traditionnelles, formant ainsi une source d’inspiration plus importante pour les compositeurs.

 

L’origine des instruments à percussion

La Timbale semble être à l’origine de l’utilisation des percussions dans la musique occidentale. Dès l’Antiquité, cet instrument de musique était souvent associé aux Trompettes pour en rehausser l’éclat. Plus tard, elle occupera une place de choix dans la musique royale, la musique de cour et même la musique religieuse de Bach ou de Haendel.

La Timbale a fini par trouver sa vraie personnalité à l’époque Romantique : c’est à ce moment qu’elle reçoit le titre d’instrument de musique. Les œuvres de Beethoven, Brahms, de Tchaïkovski, de Wagner mais surtout de Berlioz témoignent de cette évolution. Par exemple, l’utilisation des Timbales chez Beethoven sert d’abord à imposer le rythme à l’orchestre, à conclure un accord ou à attaquer en solo une phrase rythmique, tandis que Brahms insiste plus sur la couleur des sons. Les Timbales sont parfois utilisées comme soutien pour les instruments solistes de l’orchestre.

Au Moyen Âge et à la Renaissance, les percussions jouaient généralement un rôle secondaire dans la musique instrumentale profane. Mais ce rôle changera peu à peu. Ainsi au XIIe siècle, les percussions se consacreront à la musique militaire, où on les mélange aux Timbales et aux Trompettes.

Depuis le milieu du XIXe siècle, l’importance de la percussion s’est considérablement développée et a atteint un rôle de premier plan durant le dernier tiers du XXe. Depuis Berlioz, son influence et son impact sont considérables. Ce dernier a créé un orchestre de percussions à l’intérieur du grand orchestre symphonique : il écrit pour deux Timbaliers utilisant au moins huit Timbales dans la plupart de ses œuvres. Dans son Requiem de 1837, Berlioz disposait de 8 Timbaliers pour 16 Timbales.

Outre Berlioz, c’est notamment hors de France que l’usage des percussions sera approfondi, plus particulièrement en Russie et en Espagne avec les compositeurs Nikolaï Rimski-Korsakov et Manuel de Falla. Ainsi, en raison d’un intérêt marqué pour le rythme, le début du XXe siècle assiste à l’augmentation de la section des percussions dans l’orchestre. Le rôle et l’importance de cette famille d’instruments a évolué pour passer d’un rôle secondaire à un rôle de premier plan. Elle s’enrichit avec de nombreux instruments et la liste des œuvres qui lui sont consacré ne cesse de s’allonger. Nous pouvons affirmer que la famille des percussions fait aujourd’hui partie intégrante de l’orchestre, au même titre que celles des cordes et des vents.

 

La famille des instruments à percussion
Manuel de Falla

La famille des percussions

La famille des percussions se compose de divers typologies d’instruments.
Nous pouvons y retrouver des sous-familles classées de deux manières :

  • Les instruments de musique avec des sons déterminés, ceux qui produisent des sons à hauteurs reconnaissables (Timbales, Métallophone, Marimba, etc)
  • Les instruments aux sons indéterminés, sans que nous puissions clairement reconnaître une hauteur de son (Grosse caisse, Cymbales, Triangle, etc)

Ou bien, ils sont classés selon leur matériau de base :

  • Les peaux : les Timbales, la Caisse claire, les Bongos, la Grosse caisse…
  • Les bois : les Claves, le Wood-block, le Temple-block, le Guiro…
  • Les métaux : les Cymbales, le Triangle, le Gong ou Tam-tam, les Cloches…
  • Les claviers et lames sonores : le Marimba, le Célesta, le Xylophone, le Métallophone, le Vibraphone, le Glockenspiel…

La Timbale est l’instrument le plus fréquemment présent, elle est situé la plupart du temps à l’arrière de l’orchestre. Trois à quatre Timbales, chacune accordée sur une note différente, sont frappées par des mailloches.

Non loin de la Timbale peuvent se trouver le Gong, la Cymbale, le Triangle, la Grosse caisse et la Caisse claire.

 

La famille des instruments à percussion
Instrument Wood-block

Vous souhaitez en savoir plus sur la famille des instruments à vents ? Nous vous donnons toutes les informations dans cet article.

Les instruments à percussion

Du bruit sourd et puissant de la Grosse caisse, à celui des Clochettes, au roulement du Tam-tam ou encore aux notes claires du Triangle, les percussions produisent d’innombrables sons.

Les principaux instruments de percussion sont les Timbales. Comme la Trompette dans l’ensemble de cuivres, les Timbales sont des instruments militaires utilisés au combat pour transmettre des ordres. Aujourd’hui, un orchestre symphonique se compose de trois à quatre Timbales, aux côtés de bon nombre d’autres instruments.

Voici une courte présentation de quelques-uns d’entres eux :

Le Marimba

Le Marimba est un instrument de percussion majestueux et populaire dans l’entièreté de l’Amérique latine. Ce serait un mélange du Balafon africain et d’instruments précolombiens. Il s’est totalement intégré dans la musique traditionnelle locale. C’est au Guatemala et au Salvador, que le Marimba prend sa forme la plus sophistiquée.

Aujourd’hui, de plus en plus de compositeurs venant de l’occident l’intègrent dans leurs œuvres orchestrales et créent pour l’instrument des pièces solistes ou de musique de chambre.

 

Déchiffrage sight-o

Le Tambour de basque

Le Tambour de basque, également connu sous le nom de Tambourin, est un instrument de percussion répandu et renommé qui fait partie de l’orchestre. Le Tambourin se compose d’un court cylindre en bois qui agit à la fois de manche et comme une petite caisse de résonance, dont le diamètre varie de vingt à cinquante centimètres. Sur le dessus du Tambourin est tendue une membrane en peau d’animal qui sert de surface de percussion. Des petites pièces de métal sont insérées dans la partie en bois et s’entrechoques lors du jeu sur la peau de l’instrument.

La technique de jeu du Tambourin varie beaucoup selon les civilisations. Certains peuples tiennent le Tambourin d’une main pour ainsi jouer de l’autre et d’autres le tiennent et le battent des deux mains.

À savoir, que dans la plupart des civilisations, les Tambourins sont joués à mains nues, sauf, par exemple, les Tambourins irlandais – aussi appelé Bodhrán – sont joués grâce aux extrémités d’une seule et même baguette.

 

La famille des instruments à percussion
Instrument Marimba

Le Flexatone

Le Flexatone est un instrument de percussion métallique qui a la particularité de pouvoir moduler la note obtenue, en courbant plus ou moins la plaque vibrante. L’effet peut être comique ou inquiétant selon la partition. Son utilisation est très courante dans les bruitages de dessins-animés.

Les Agogo bells

Les Agogo bells sont des instruments à percussion de la famille des percussions idiophones. Sans battant intérieur, cette double cloche possède une forme conique et joue un rôle important dans les structures rythmiques de ses répertoires, à l’image de la Cloche à Cuba par exemple.

Originaire d’Afrique, l’Agogo bells est présent dans les musiques latines, notamment dans les musiques Brésiliennes.

Cette percussion métallophone comprend en général deux cloches coniques dépendantes , mais quelques fois se compose de trois cloches.

Les Agogo bells se frappent avec une batte faite de bois ou de métal et cette cloche peut être disposée dans un ensemble de divers instruments de percussion, comme l’ont démontré de nombreux percussionnistes du XXIe siècle.

 

La famille des instruments à percussion
Instrument Agogo bells

 

Conclusion

Les percussions existent depuis la nuit des temps et ce dans toutes les cultures, notamment dans les musiques d’Amérique, d’Asie et d’Afrique. Elles ont longtemps été sous utilisé en Europe. Cependant, elles sont progressivement fait leur entrée dans l’orchestre vers le milieu du XIXe siècle, et auront fini par voir leur rôle passer au premier plan.

 

Cet article vous a plu ? Ces informations vous ont été utiles ? Faites-en profiter vos collègues, vos amis, vos élèves… Partagez-le !